Pollué par des saynètes colorées assez pénibles et inutiles mais riche en témoignages et en hommages éloquents, un doc qui a le mérite de rappeler ce qu’était la condition des afro-américains dans les années cinquante (soixante, soixante-dix…) mais aussi de rappeler les multiples mérites d’un bonhomme sans qui les Beatles ou les Stones auraient forcément sonné plus mièvre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s