004990

043445.jpg
Les intentions antiracistes et provocatrices de Michel Gast et la musique splendide d’Alain Goraguer (par ailleurs compositeur des chansons de Boris Vian) compensent un sérieux décalage par rapport au bouquin, une interprétation inégale et une Amérique de carte postale reconstituée à Nice.
Vachement intéressant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s