This is John Frankenheimer‘s masterpiece. The dream sequence in the garden club is one of the greatest in all of cinema and the rest of film follows suit, revealing the plot much as you’d play a game of solitaire — one card at a time — and it’s only when you get to the hardest cards to reach that the whole thing comes together. That is, if you can avoid the Queen of Diamonds. — Lucas McNelly

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s