Film sans complaisance envers le matérialisme contemporain dont on veut nous faire un idéal de vie. On retrouve dans Delphine l’auteur de Handicap. Même préoccupations morales, même sincérité, même sensibilité à fleur de peau, même style nerveux. Le film a des allures de pamphlet et Dany Carrel, qui trouve ici son meilleur rôle, est un personnage vrai, vivant, attachant, remarquablement observé. — Jacques Siclier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s