To the plains and the mountains of the American West came not only the pioneer, but the European big game hunters as well. Prince Wilhelm, Duke of Wurttenberg, 1822, Count Francesco Arese, 1837, Count Régis de Trobriand, 1860’s, Grand Duke Alexis — Buffalo Bill was his guide —, and from the British Isles: Sir Richard Burton, Oscar Wilde, Rudyard Kipling, and Charles Dickens. Sir Richard Gore — Jim Bridger was his guide — had 6 wagons, 21 carts, 12 yokes of cattle, 112 horses, 14 dogs, and 40 servants. There were hundred of others. Some came only to hunt and to travel, others stayed to ranch — one or two became outlaws. They and their descendents helped the peoples of North America to build the adventurous West. — Louis L’Amour

Traîné dans la boue avant même sa sortie, le film ne vaut ni une note, ni cet excès. L’élément le plus intéressant de ce western apatride où Peter van Eyck côtoie Jack Hawkins est le décor même du sujet, le principe de ces étonnants « safaris » qu’au Far West, dans un décor décadent (verres de cristal et tables luxueuses), réunissaient la high society européenne de l’époque, venue chasser l’animal, bison ou autre, et éventuellement l’Indien (…). Le film développe assez cet élément pour mériter un certain intérêt. — Patrick Brion, Les Cahiers du cinéma, janvier 1969.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s