― Le onze juin à Luzarches, tu t’payes un doublé : une horlogerie et un bureau de tabac.
― …
― A Senlis, le douze, tu visites l’étude d’un notaire.
― …
― Le quatorze, à Chantilly, tu dévalises une lingerie.
― …
― Qu’est-ce que t’en dis ?
― C’est plus du casse, c’est du porte-à-porte.

Le Quai des Orfèvres à l’eau de rose.Anne Vernon charmante. — Les Cahiers, 1958.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s