Arthur Penn’s Little Big Man is an endlessly entertaining attempt to spin an epic in the form of a yarn. It mostly works. When it doesn’t — when there’s a failure of tone or an overdrawn caricature — it regroups cheerfully and plunges ahead. We’re disposed to go along; all good storytellers tell stretchers once in a while, and circle back to be sure we got the good parts. — Roger Ebert

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s