028398

En son temps, cette dissection du travail minutieux des espions avait fait grand bruit. Hathaway a adopté un style documentaire, tournant en décors réels, avec voix off didactique et convaincants extraits d’archives secrètes, fournies par le FBI lui-même. Ce souci donne au film une rigueur narrative étonnante. Une fois la guerre terminée, le FBI continua d’aider à la diffusion du film : l’odieux nazi avait fait place à l’ennemi bolchevique, dont les méthodes d’espionnage n’étaient pas forcément différentes. — Aurélien Ferenczi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s