028856

La carrière de Peter Falk tient à première vue dans le trait d’union qui relie John Cassavetes à l’inspecteur Columbo. Aux côtés du premier, prince flamboyant du cinéma indépendant américain, il joue dans des films intimistes à l’existentialisme électrique, d’une bouleversante émotion. C’est à peu près à la même époque qu’il aura commencé à incarner le sinueux lieutenant de police Columbo, à l’imperméable mastic, au cigare froid, à la femme-fantôme et à la 403 vétuste dans une série télévisée dont soixante-neuf épisodes seront tournés de 1968 à 2003. Ce grand écart lui apporte la consécration dont rêve tout acteur. D’un côté, la reconnaissance éternelle des cinéphiles. De l’autre, le plébiscite du grand public autour d’un personnage devenu une légende mondiale (…). La carrière de l’acteur ne se résume pas, toutefois, dans ces deux grands moments, puisqu’il tourna, dans plusieurs séries télévisées et dans une soixantaine de films de cinéma, le plus souvent comme second rôle, depuis La Forêt interdite (1958) de Nicholas Ray jusqu’à The Player (1992) de Robert Altman, en passant par Milliardaire pour un jour (1961) de Frank Capra et Les Ailes du désir (1987) de Wim Wenders. — Jacques Mandelbaum

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s