It is 1810. The French legions of Napoleon smash across Spain. Crushed and bleeding, the Spanish army retreats into the darkest page of a nation’s history.

On l’aura compris, l’affaire repose sur un contexte historique et sur trois têtes d’affiche. On reconnaît que le côté reconstitution majestueuse, avec de superbes couleurs et des centaines de figurants, a vraiment de quoi séduire. Le problème, c’est qu’il faut aussi se fader une Espagne passablement folklorique, une Sophia Loren dont les atouts menacent sans cesse de s’enfuir de chemisiers trop étroits et un Frank Sinatra exotique à l’accent ridicule. Comment on dit « lourdingue » en espagnol ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s