Undeniably stylish at times, with a long central safecracking sequence that’s quite well done, the 1968 French caper film Honor Among Thieves sports two charismatic performances from Bronson and Delon. However, the diffuse screenplay that hedges its bets on the unfocused relationship between the two thieves doesn’t help the already cliched framework, making Honor Among Thieves a hit-and-miss affair.Paul Mavis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s