George Smiley se trouva d’une humeur complexe et variable pour s’adonner à ses nombreux préparatifs. Il n’était pas en paix ; pour tout dire il était difficile à définir en tant que personnage unique, à part l’élan constant de sa détermination. Chasseur, reclus, amant, solitaire qui cherche à s’accomplir, habile participant du Grand Jeu, vengeur, sceptique en quête d’assurance — Smiley était tour à tour chacun d’entre eux et parfois plus d’un seul à chaque fois. Parmi tous ceux qui évoquèrent plus tard son souvenir — le vieux Mendel, le policier en retraite, un de ses rares confidents ; une Mme Gray, la propriétaire de l’humble pension de famille pour messieurs seulement, à Pimlico, dont pour des raisons de sécurité il avait fait son quartier général provisoire ; ou bien Toby Esterhase, alias Benati, le distingué marchand d’art arabe — la plupart, chacun à sa façon, parlaient d’un menaçant repli sur soi-même, d’un silence, d’une économie de mots et de regards.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s