Une daube sans prétention, mal jouée mais gaie et colorée, peut valoir pas mal de semi-réussites. C’est donc avec plaisir qu’on a perdu le fil de l’intrigue tandis qu’on somnolait peinard devant cette chose british et sixties qui ne mérite assurément ni les éloges ni les huées qu’elle a suscités. Dehors, il pleuvait dru, mais on n’avait rien à faire dehors. Ça tombait bien. 

A shockingly stupid spy spoof, the only Losey film that feels like a commercial necessity. — Dan Callahan

A kind of film that one doesn’t expect from Losey: an exhilarating entertainment. On the other hand, the film is no mere diversion; its reflections on a time and place and on veins of popular culture give it tremendous value, as does its scintillating feminism. Losey once famously remarked the following: “Film is a dog: the head is commerce, the tail is art. And only rarely does the tail wag the dog.” With Modesty Blaise, the tail wags the dog.Dennis Grunes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s