Un petit cheval allait trottinant. Son maître s’appelait — bien entendu — d’Artagnan. Pour l’heure, il allait à Paris, afin d’y conquérir grade, titres et fortune. Par définition la plus noble conquête de l’homme et bien qu’il s’appliquât à soutenir cette réputation, le cheval de d’Artagnan suscita quelques commentaires apparemment discourtois.
Il en résulta que d’Artagnan porta cent fois la main à son épée depuis Tarbes jusqu’à la petite ville de Meung, où il arriva toujours aussi mal luné.

Ceci est fort poussif et il est permis de préférer d’autres versions, à commencer par celle de George Sidney, mais on retrouve avec bonheur l’ineffable Jacques François, qui régala copieusement son monde plusieurs décennies durant. Il incarne ici Aramis, fin bretteur et hardi cavalier, dissimulé sous une copieuse crinière blonde mais reconnaissable dès qu’il ouvre la bouche.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s