« Trop pauvres pour en acheter un comme celui-là, mais nous avons le cheval d’orgueil ». Ainsi parlait mon grand-père Alain. Mon père, Pierre-Alain, entendait peut-être ces paroles sur la route qui le menait le bourg de Pouldreuzic, où il allait épouser Anne-Marie le Goff, ma mère. Il portait sur sa tête le plus clair de son avoir, vingt-quatre chemises — du chanvre que ma mère avait récolté, broyé, filé au rouet, porté au tisserand pour le mariage qui allait me donner le jour.
Ce fut une noce de pauvres gens.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s