Longuette mais édifiante, cette histoire est passionnante par moments. Servie par de belles ziziques et un noir et blanc chiadé, elle montre surtout une jeunette libérée qui provoque son monde et se croit libre, invulnérable.
C’est un peu 68 avant 68, c’est frais et c’est triste.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s