La France des années Giscard, une deux-chevaux, un bouquet de marguerites, la douce Jeanne Goupil et c’est parti pour le contre-pied parfait : on s’attendait à une comédie et on tombe sur un drame — la déchéance d’une grande naïve, un truc bizarre, inclassable, déstabilisant, douloureux. Courageux, aussi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s