Seconde adaptation du roman de Stark, après Point Blank de John Boorman en 1967 […]. Quand on a vu le travail de Boorman, on ne peut réprimer une certaine déception. Payback n’en reste pas moins un bon polar, brutal, taillé sur mesure pour Mel Gibson, qui tient le rôle avec conviction. On a quand même un certain plaisir à voir Kristofferson prendre le rôle du mégalo sadique. Et puis Maria Bello [est] vraiment très belle. Vraiment. Ça pète dans tous les sens, ça amuse souvent, Porter est un vrai salaud mais très malin, alors on s’amuse bien. Mais c’est le genre de film qu’on oublie vite. — Raphaël Goubet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s