La sœur de Jouve était trop belle. Nous ne le supportions pas. Elle roulait toujours jupe flottante et assurément sans jupon. Bernadette était pour nous la découverte prestigieuse de tant de rêves obscurs et de nos imaginations cachées. Elle était notre éveil. Elle ouvrait en nous les sources d’une sensualité lumineuse.

Si vous trouvez ce texte un peu tarte, relisez-le en imaginant Bernadette sur son vélo, filmée par un Truffaut déjà Truffaut. Il n’est pas tarte du tout, ce texte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s