The real reason to see Little Caesar is the iconic performance of Edward G. Robinson. The ambition, the brutality and the occasional vulnerability he brings to the character of Little Caesar will ensure that that little man (and by connection the film he inhabits) will live on long after the Pizza franchise has become only a memory. So, to answer Robinson’s final query: « Mother of mercy, is this the end of Rico? » Not hardly, Ed. Not hardly. — Damian Arlyn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s