La vie est bordélique, cruelle, dérisoire.
Les gens s’agitent, cherchent, morflent, (se) mentent, picolent, bouffent des cachetons. Ici, on contemple les dégâts, on hoche la tête, on s’identifie, on compatit, on cogite et on sourit — le pépère sait toujours y faire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s