— Peu arrivent sur le sentier de la gloire. Il faut travailler dur pour monter sur les planches, travailler les histoires comme des diamants, les polir jusqu’à la perfection. Vous allez en baver. Je vais vous mettre en pièces.
— On commence quand ?
— On a déjà commencé.

Une farce malade qui revisite trente années de l’histoire récente d’un pays dont les plaies sont encore ouvertes. Il le fait à travers le regard de deux imbéciles que rien ne prédestinait à la gloire, avec un soin évident apporté à la reconstitution de décors diantrement kitschs (…). Derrière les apparences d’une comédie « slapstick », Alex De La Iglesia signe une étude approfondie de deux personnages beaucoup plus complexes qu’il n’y paraît. En bref, un très bon film qui préfigure une autre grande réussite de ce réalisateur talentueux, Le Crime farpait (2004). — Jérôme Pottier, 2009.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s