A trois heures de l’après-midi, comme les autres jours, elle avait entendu le réveil sonner sur la table de nuit qui séparait les deux lits et, recroquevillée sur elle-même, elle avait laissé à Marie-Lou le soin d’arrêter la sonnerie, puis d’aller ouvrir les persiennes, de retirer les culottes de nylon et les soutiens-gorge qui séchaient à la fenêtre et enfin d’allumer le réchaud à gaz de la cuisine pour préparer le café.
Marie-Lou dormait nue et avait l’habitude de traîner longtemps dans les trois petites pièces du logement, même quand les fenêtres étaient ouvertes, sans penser à passer un vêtement. Au lieu de soleil, ce jour-là, il y avait un ciel bas, une lumière glauque, qui annonçaient la pluie.
— Tu ne te lèves pas ? 


The author treats his underclass subjects with respect and uncensorious understanding, shedding light but not judgment on their stupidities and frailties, their bleak beginnings and bleaker tomorrows. Narrated in unembellished matter-of-fact but lively style, a timeless, thoughtful, and absorbing read.Kirkus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s