Comme on s’en doute (et comme d’habitude), l’intrigue n’est que le prétexte dont se sert Palahniuk pour aligner des remarques sardoniques, parfois sordides, mais toujours percutantes sur l’humanité. De la nécrophilie la plus glauque à l’humour le plus débridé en passant par des scènes d’une rare émotion (tout arrive), Berceuse est un roman majeur, à part, lumineux et absolument inclassable.Patrick Imbert

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s