— Ton mari a l’air d’une marionnette.
— Tais-toi, maman !
— Je te dis qu’il a l’air d’une marionnette. Tiens ! Le voilà maintenant qui s’en va. Au fond, il a très peur… Il n’a pas osé s’approcher de l’homme. Ils rient tous, derrière son dos…

C’était pitoyable. Dans le soleil pesant, Jean Nalliers, en pantoufles, les joues sales, le regard fuyant, se dirigeait vers les bâtiments de droite, tête basse, si flou qu’il semblait sans cesse sur le point de buter sur les cailloux. Le gars, lui, allumait sa cigarette et attirait vers lui un litre encore à moitié plein, lançait une plaisanterie à ses camarades qui reprenaient le travail au ralenti.
— Si les gendarmes pouvaient arriver… soupira Gilberte


Un petit roman terrible. — Claire Papageorgiadis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s