Il fut un temps, en beau noir et blanc, où les grands hommes trempaient leur plus belle plume dans le vitriol pour mettre fin à une amitié, ou à ce qui y ressemblait de près. Ainsi la dispute Truffaut-Godard de 1976 (…) Au début, on s’effraie : les visages des deux hommes en gros plan, une voix off de tragédie grecque et une musique de film noir, n’est-ce pas un peu exagéré ? Puis se dessinent deux formes d’engagement (s’engager, est-ce choisir la marge ou le système ?), deux intelligences de cinéma radicalement différentes, et aucun cinéphile ne pourra rester indifférent devant les archives, témoignages si vibrants de l’écume de la Nouvelle Vague. À deux seigneurs, tout honneur, le casting est une merveille : Mathieu Amalric, Olivier Assayas, Claire Denis, Gilles Jacob, Jean-François Stévenin, Marin Karmitz, Claude de Givray et Antoine de Baecque. Score final du duel ? Encore plus d’attachement à Truffaut, et, paradoxalement, l’envie de revoir les films de ce « dandy » de Godard. — Guillemette Odicino

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s