Dans un bloc de six maisons, il avait déjà compté cinq veuves. Il les voyait le matin se rendre, leur sac à provisions au bras, au marché de la rue Mouffetard. Il les voyait revenir avec des poireaux ou des salades qui dépassaient.
Il aurait presque pu dire ce que tout le monde mangeait, à quelle heure, quand et comment cela se couchait, à quelle heure aussi les réveils se mettaient à sonner.
Au premier, en face, on avait légèrement déplacé le lit, en le rapprochant de la fenêtre. C’était la chambre d’où un homme était sorti un matin pour se faire conduire à la gare Montparnasse. Souvent, la nuit, à des heures irrégulières, la lampe s’allumait, mais il ne voyait aucune ombre sur le store. La femme était malade. Elle passait ses journées au lit. La concierge montait vers dix heures du matin, ouvrait la fenêtre et commençait à faire le ménage. Quant à la fenêtre mansardée, c’était la bonne d’une vieille rentière — une veuve, encore — qui y couchait et qui recevait des hommes toutes les nuits.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s