Un Maigret de série, à peine altéré par une ou deux facilités dans l’intrigue – on peut se permettre d’écrire vite quand on écrit bien. Bref, pas une de ces merveilles simenoniennes dont on se délecte à l’occasion, mais un solide polar de bon faiseur, ce qui est toujours bon à prendre.

Il monta lentement l’escalier poussiéreux de la P.J., serra, en passant, la main de quelques collègues, passa la tête par l’entrebâillement de la porte de l’antichambre.
Dix fauteuils de velours vert. Une table comme un billard. Au mur, le tableau d’honneur : deux cents portraits d’inspecteurs tombés en service commandé.
Dans le fauteuil du milieu, une dame en noir, très raide, une main tenant son sac à poignée d’argent, l’autre posée sur le pommeau d’un parapluie.
Des lèvres minces.
Un regard ferme braqué droit devant elle.
Elle ne broncha pas en se sentant observée.
Les traits figés, elle attendait.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s