Persuadé de l’existence d’un monde merveilleux, en partie à cause des perceptions qu’il expérimentait lors de ses exercices de relaxation et surtout parce qu’il était encore un peu innocent, de Gier croyait toujours au miracle. En ce moment même, alors qu’il marchait, il était victime d’une de ses merveilleuses perceptions. Dans l’air planait une mouette, elle semblait aussi peu agitée que l’eau du canal de Prinzengracht ; plus loin, sur un fond de nuages déchirés, se profilait le fronton effilé d’une ancienne demeure. Dans la rue, une vieille dame donnait à manger aux hirondelles. Un monde miraculeux, songea de Gier, de toute beauté. Il se peut que le monde ne soit pas bon, mais moi, je suis ici à ne rien faire, je regarde des choses qui ne servent probablement à rien, et je trouve ça intéressant, fascinant même.

o o o o

What makes this series so engaging is that the policemen are as quirky and complicated as the criminals. — The Washington Post

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s