Les fromages, les cochonnailles, le pain, le beurre, le rouquin : on a tout liquidé, tout détruit. Il faut dire que midi approchait : ça faisait une paye qu’on se négligeait le buffet. Excusez-moi si je vous passe aucun détail, c’est peut-être emmerdant, bien qu’à mon avis la bouffe soit un thème essentiel, mais je vous raconte tout ça pour vous faire piger qu’on est aussi capables, Pierrot et moi, quand on nous fait pas chier, de se contenter de joies simples sans emmerder personne. Le hic, c’est qu’on tombe toujours sur des enculés comme le type à la D.S. ou le flic de chez prisu qui nous prennent à rebrousse-poil et nous foutent de mauvaise humeur. Des colle-aux-noix de cette espèce, malheureusement, on en rencontre à tous les coins de rue, et plus ça va, plus y en a.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s