En inscrivant cette histoire de famille dans la grande Histoire des années quarante à aujourd’hui, en ajoutant à la spéléologie des émotions la géographie de l’exil, en bousculant la chronologie des événements pour mieux témoigner de la persistance des sentiments, Catherine Cusset élargit le roman psychologique à la dimension de la fresque. — Jérôme Garcin

De ce puzzle virtuose surgissent de superbes portraits de femmes. — Fabienne Pascaud

Tendre, beau, dense. — Christiane Ferniot

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s