C’est à Raymond qu’étaient allées ses dernières pensées. Elle le verrait bientôt. Il ouvrirait les yeux comme il le faisait toujours et son accueil serait enlacement qui réconforte et soutient. Elle sourit, et M. Kang lui sourit en retour : c’était pour lui qu’elle était belle, il le croyait. Tous les soirs il lui souriait et jamais il n’aurait cru que, pensées et sourires, elle ne songeait qu’à Raymond, qu’à cet instant à venir. Le bruit de la sonnette qui tinte dans son dos — quelqu’un a ouvert la porte —, est entré dans sa conscience, mais à peine. Elle a les deux dollars et les lui tend par-dessus le comptoir. Mais il ne les prend pas. Ses yeux, elle le remarque, ne la regardent plus. M. Kang observe la porte. Et ne sourit plus.

o o o o

Thrilling, suspenseful and securely anchored in procedure and purpose. Not a false note; deeply satisfying stuff. — London Literary Review

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s