Après un méchant coup de mou, on vient de retrouver une part ce qui nous plaisait chez le Connelly d’antan : une certaine acuité dans la description des sentiments, la certitude affirmée que la justice est injuste – singulièrement cette justice US salement superficielle et hypocrite –, l’évocation de cette folie qui guette tout un chacun et une réelle capacité à entretenir le suspense.
En résumé, on revient vers la qualité des premiers bouquins du monsieur – il y a déjà vingt ans – et on espère que ce retour en forme sera durable, d’autant que coexistent à présent une floppée de personnages récurrents qui fournit des possibilités romanesques intéressantes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s