— Belita ! appelai-je, dès que j’eus poussé la porte de chez moi. Personne ne répondit. Je passai dans le bureau, dans la chambre, je regardai dans la cuisine, je revins dans la chambre. Toutes ces pièces étaient vides. Je retournai dans la cuisine me servir un reconstituant carabiné. J’emplis le verre jusqu’au bord, et puis je le laissai là, comme un con, sans y toucher, ayant oublié à quoi ça pouvait servir. Je revins auprès du lit. Il y avait un papier, sur le lit. Sur le lit ! Un papier qui portait ces mots, tracés de cette écriture assez élégante [:] « Il vaut mieux que je parte. S. a montré de quoi il était capable. Il te tuera, si nous restons ensemble. Je ne veux pas qu’il te tue ».
Je sentais une boule se former dans mon estomac, et dans ma gorge, partout. Je m’en fus dans la cuisine, et cette fois, fis un sort au verre. Et un peu plus tard, en passant devant une glace, je vis un type à l’air mauvais, très mauvais. Une vraiment sale gueule.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s