De son vivant, la femme qui se trouvait maintenant dans le sac n’était sans doute pas très grande, songea-t-il encore. Mais la décomposition et le rétrécissement des tissus avaient dû diminuer la taille de son corps. Des restes de cheveux tombaient sur ses épaules et semblaient avoir été oxygénés. Bosch remarqua des vestiges de poudre à maquiller sur la peau de son visage. Mais son regard fut surtout attiré par la poitrine, d’une grosseur choquante par rapport au reste du corps. Les seins étaient encore pleins et ronds, et leur peau tendue.
— Des implants, lâcha Sakai. Il n’y a pas de décomposition. On pourrait les récupérer et les refourguer à une autre idiote que ça intéresserait. On pourrait même lancer un programme de recyclage.

As lovable as any tale of serial murder can be.Brown Little

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s