J’vais t’expliquer, Michael : tes bouquins, c’est un peu comme les pull-overs que la tante Jocelyne nous concoctait dans le temps. On en recevait un par an, on se lassait un peu de l’inévitable col en V et des couleurs à la con, mais on admettait toujours que c’était bien tricoté. Fallait pas compter sur la tante Jocelyne pour des fioritures ou des trucs exubérants, mais elle touchait sa chique, la tante Jocelyne. Bref, on lui a jamais rien reproché.
Pareil pour toi, Michael – d’ailleurs, on lit tes bouquins presque aussi vite que tu les écris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s