Richard Condon (auteur de The Manchurian Candidate/Un Crime dans la tête et de L’Honneur des Prizzi) bricola dans les années soixante un scénario rigolo à partir roman à lui, sorte de western mexicain disons léger commençant comme suit : un quidam épouse une superbe héritière, mais la beauté se révèle une nymphomane absolue, alors le quidam se dirige vers l’épuisement total et la mort, quand la beauté disparaît avec « quatre trapézistes hongrois », laissant le quidam devenu richissime s’occuper des gosses et des soucis récurrents causés par les Indiens d’une part et les révolutionnaires de l’autre. Le scénario fut proposé aux Beatles, en vain, puis un casting cosmopolite partit pour l’Espagne histoire de tourner le chef d’œuvre. Richard Widmark, Geneviève Page, Topol, Fran Jeffries, Cesar Romero ou Caroline Munro se lâchèrent sous le soleil, grimaces outrées, chutes en tous genres et accents variés. C’est très bas de plafond, sans prétention, pas très bien joué et très mal réalisé la plupart du temps. C’est aussi, soyons honnête, un peu distrayant par moments. Reste que le résultat fit peur et fut rétrogradé dans la catégorie téléfilm, puis diffusé au compte-gouttes. C’est pas grave pour les cinéphiles exigeants, ça l’est juste un peu pour les amateurs de trucs bizarres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s