Les affaires reprennent, on ne s’en plaindra pas. Entrée en scène du dessinateur Barral, qui respecte scrupuleusement le boulot de Malet comme celui de Tardi, comme Moynot avait su le faire. On récolte au passage une aimable touche personnelle et on se tape un bon volume de plus. Il doit rester une douzaine d’arrondissements (et deux douzaines de Burma) à traiter en BD, ce qui représente pas mal de jolies bergères, de coups de matraque sur la cafetière et de cadavres dans les placards. On ne s’en plaindra pas non plus. — Marc Covet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s