Quand la garnison s’en alla et que la fanfare joua pour la dernière fois Goodbye Dolly Gray, Piemburg s’endormit [….]. Sur les vérandas les enfants et les petits-enfants des sergents-majors, maréchaux des logis et autres adjudants-chefs revendiquaient une grandeur que leurs ancêtres n’avaient jamais connue.
A Piemburg le temps s’était arrêté, marqué par les seules accumulations de la poussière sur les têtes de lion empaillées qui s’effritaient à l’Alexandra Club, et la distillation du snobisme. La médiocrité de Piemburg était venimeuse, et elle survivrait à tout.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s