S’il ne manque pas d’espions, Le Dossier 51 est un roman d’espionnage sans roman et sans espionnage... Innovation audacieuse qui ne pourrait guère être vulgarisée sans lasser le lecteur. Elle est destinée à rester unique comme les « coups de maître ». Le mérite de l’historien de L’Orchestre rouge est de l’avoir tentée, et joliment réussie — le premier. — Francis Lacassin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s