Ce bout-à-bout racontant cinq épisodes de la vie d’un homme semble typique de ce que produit Djian : c’est agaçant et pertinent (ou l’inverse, suivant les chapitres). Donc, même si nous râlons presque constamment, nous avons tout de même lu à peu près tout ce que Djian a écrit depuis ses débuts. Et il est interdit de prétendre en notre présence que Djian soit un génie (ou un gros nul).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s