Avec Manara, c’est toujours la même chose : on regrette qu’il n’ait que rarement bossé sur de véritables scénarios, des histoires bien foutues, mais on se dit aussi qu’allez, on s’en fout un peu, tout ça est moins important que ce coup de patte diabolique qui n’appartient qu’à lui. Il y a pire, plus triste : de bonnes histoires mal illustrées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s