Je voulais comprendre ce que c’est que la mafia, comment on entre dans la mafia, comment on est mafieux, en suivant le destin de cet homme qui est le fils d’un paysan pauvre, qui voit à treize ans son père mourir à ses côtés sous l’effet d’une bombe de la guerre qu’il essayait de démonter, et qui a un destin à la Richard III, à coups d’intrigues et d’assassinats (…) Il y a [ce] côté shakespearien qui m’a attiré. Je ne sais faire un documentaire que si je raconte une histoire. Je me suis dit tiens, je vais raconter l’histoire, pas d’un monstre, mais d’un homme, d’un tyran sanguinaire (…) Il avait un instinct animal, il devinait où était le danger et il ne s’arrêtait devant rien (…) Les repentis me disaient une chose terrifiante : Riina avait l’habitude d’inviter à déjeuner ses alliés qu’il voulait éliminer. Après leur avoir offert un bon déjeuner, il les faisait étrangler. Alors quand il vous invitait à déjeuner, vous ne saviez pas si vous alliez en revenir. Les gens qui étaient inités, ses alliés, ses tueurs, ne savaient pas s’ils allaient en revenir. Mais s’ils ne se rendaient pas au déjeuner, là, ils étaient sûrs d’être éliminés. — Mosco Levi Boucault

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s