Il y a quelque chose d’élégiaque et d’amer dans cet affectueux portrait d’un cinéaste dont l’élan fut coupé et dont le message critique, mal compris et souvent mal pris dans son pays natal, fait penser à ce que dit l’inspecteur de police incarné par Mickey Rourke dans L’Année du dragon, rappelé dans son livre par Thoret : « L’état de la société américaine actuelle est particulièrement hostile à toute réflexion et méditation. » Cet état de fait a-t-il changé ? On peut en douter. D’ailleurs, le scénariste et réalisateur James Toback assure, à la fin du documentaire : « On ne verra jamais ressurgir un autre réalisateur de ce type. Il serait aujourd’hui en décalage avec tout : son milieu, ses idées sur le genre, la race et tout le reste sont du mauvais côté du spectre. »Renaud Machard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s