Moscou 1930. Ils sont ingénieurs, scientifiques ou économistes, sur le banc des accusés d’un procès public retentissant. Huit cadres haut placés dans l’administration soviétique, soupçonnés d’avoir participé à une « organisation contre-révolutionnaire ». Le Parti industriel aurait tenté de saboter l’économie en freinant l’essor industriel ou l’approvisionnement dans certaines villes. Son but : démontrer la faillite du pouvoir, et tenter de le renverser, par le soulèvement des masses et avec l’aide de soutiens étrangers, dont Raymond Poincaré (…) Un à un, les prévenus prennent la parole, reconnaissent leurs responsabilités. Leurs actes de contrition se doublent d’un appel à la clémence (…) Si le procès est vrai, l’histoire est fausse. Le Parti industriel n’a jamais existé et les accusés n’ont rien saboté. Ils sont pour leur malheur les jouets d’une purge stalinienne, orchestrée par le Guépéou (…) Grâce aux extraordinaires images d’archives récupérées par le réalisateur ukrainien Sergei Loznitsa (Dans la brume), c’est le cœur d’une terrifiante machine de simulacre et de propagande qui est ici révélé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s