Deprived of work, respect and a healthy community, the buddies form an alternative family among themselves. Unlike the spate of American  » ‘hood movies » we’ve seen in the past five years, which romanticize their gangsta protagonists at the same time that they deplore them, Hate has a plaintive, sympathetic chord that runs beneath the anger. It shows us the foolishness of its characters as it mourns their inevitable tragedy. — Edward Guthmann

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s