On a souvent de la Résistance française sous l’occupation allemande l’image d’actions de guérilla, voies ferrées sabotées, parachutages en pleine nuit… En centrant son attention sur la naissance du Silence de la mer, le chef-d’œuvre littéraire de Vercors, et des éditions de Minuit, le film de Nadine Lermite insiste sur un autre aspect de la détermination française face à l’ennemi : la résistance intellectuelle. Ou comment un auteur inconnu publié par une maison d’édition inconnue, en décrivant le quotidien d’hôtes opposant leur mutisme à l’officier allemand qui a réquisitionné leur logement, a tenté de porter le combat dans le monde des idées.Grégory Marin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s