En matière d’aventures, de pure mise en scène, de va-et-vient entre monde réel et monde virtuel, « Ready Player One » dépote. En termes d’écriture, d’incarnation, d’émotions, c’est une autre histoire. Le divertissement hollywoodien a changé, il est devenu un entre-soi pour fanboys nostalgiques des années 1980, accros aux effets spéciaux et aux signes extérieurs de pop culture. Spielberg, qui se sait responsable autant que coupable de cette évolution, à l’instar du personnage de James Halliday, s’en acquitte avec brio et roublardise : orgie de tubes eighties et de fantasmes geeks, son film prône le retour au réel, alors qu’à l’image c’est le tout-numérique qui triomphe. — Nicolas Schaller

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s