Monsieur Hulot fait bande à part, refuse la technique absurde, le culte de l’objet-roi. Il fustige la passivité, exalte le ­réflexe blagueur des enfants, l’écologie sociale, l’innocence et la rébellion contre les codes imposés. Mon Oncle est le portrait apologue d’un piéton convivial, complice des chiens errants, inapte à tout embrigadement. La chronique est subtile, gorgée de gags sonores, truffée de clins d’oeil, de plaisanteries visuelles. Elle est accompagnée d’une pimpante petite mélodie musicale, qui encourage l’homo tatien à vivre sa vie comme un interlude. — Nagel Miller

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s