Une de ces eurodaubes des sixties comme on les aime quand on est particulièrement de bon poil : scénario baclé, rythme trépidant, distribution cosmopolite, jolies dames et sales tronches, exotisme à deux balles, péripéties téléphonées et fin courue d’avance. Au suivant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s